Hélène Merlin-Kajman, « La littérature comme zone à défendre ? » – 21/02/2019

La séance aura lieu le jeudi 21 février de 18h à 20h sur le site de Censier (13 rue de Santeuil, 75005 Paris, M° Censier Daubenton) en salle 430

*

Parce qu’ils se tiennent à égale distance de l’exceptionnalité incandescente de l’espace littéraire de Maurice Blanchot et du positivisme social du champ littéraire de Bourdieu, les travaux d’Hélène Merlin-Kajman sur la littérature ont recours aux zones. Dans ses deux derniers ouvrages consacrés aux rapports entre littérature et trauma (Lire dans la gueule du loup. Essai sur une  zone à défendre, la littérature (2016) et surtout L’animal ensorcelé (2016)), on rencontre des « zones de franchise », des « zones hypnotiques », des « zones de contact », des « zones traumatiques » et autres « zones de profanation » qui nous intéresseront dans cette séance.

La littérature peut-elle tirer parti de l’indétermination des zones et de leur potentiel projectif ? Les lecteurs sont-ils comparables à des zoniers ou des zonards en quête d’habitats et de rencontres précaires ? Entre l’espace et le champ, y a-t-il une place pour les « zones littéraires » ? Quelles institutions ou quelles puissances posent et gardent les limites de telles zones ? Telles sont, entre autres, quelques questions que nous aimerions poser à Hélène Merlin-Kajman.

Pour préparer cette séance, nous proposons de pénétrer dans quelques zones de L’Animal ensorcelé : les  zones de franchise  de Théophile de Viau, les zones hypnotiques de La Fontaine et les  zones de profanation de Molière.