Atelier: « Habiter poétiquement le monde »

Au cours des 8 dernières années trois volumes collectifs ont paru en France sous ce titre, je les présente ici avec leurs arguments respectifs tels que les présentent leurs éditeurs.

-Christophe Boulanger (dir.), Habiter poétiquement le monde, Musée d’Art Moderne Lille Métropole, 2010. « Ce livre accompagne et prolonge l’exposition « Habiter poétiquement le monde », proposée par le LaM à l’occasion de sa réouverture, qui dessine un parcours transversal de l’art entre la seconde moitié du XXe siècle et l’époque contemporaine. Un habiter poétiquement qui se tient dans une multiplicité de liaisons entre l’art et l’existence, au sein desquelles des artistes, des écrivains ou des cinéastes interprètent et transfigurent leur quotidien. Une prise de mesure du monde, où la mesure même devient poème. Gestes et oeuvres deviennent indissociables, relatent des archives de soi, des cartographies et des traces d’expérience, constituent enfin des formes de performance de la vie même, des dispositifs de transmission et de communication, ouverts et néanmoins constitués en systèmes et langages propres, parfois complexes à déchiffrer. Les processus et contextes de création que l’on prête communément à l’art brut et l’Outsider Art, tels la compulsion et la répétition, l’isolement, la pensée magique ou les  » espaces-charge « , sont à l’origine du regard posé par l’exposition sur la création contemporaine. Dérives dans les villes, traversée des paysages, accumulation et fragmentation, décompte des jours : autant de pratiques qui ont en commun de révéler la normativité comme l’étrangeté du quotidien, et qui sont à l’origine de la constitution d’espaces, réels ou imaginaires ; des constructions aux lois singulières où se pose, entre autres questions, celle de la valeur d’usage de l’oeuvre d’art. »

Françoise Lemarchand (dir), Habiter poétiquement le monde, revue Canopée, n°10, Actes Sud et Nature & découvertes, 2012 : « Dans une époque où la relation des hommes à la mondialisation ne semble générer que de l’anxiété, habiter poétiquement le monde, comme  le disait déjà le poète Frédéric Hölderlin, nous paraît aujourd’hui plus que nécessaire au réenchantement du monde. Poésie et écologie seraient aujourd’hui une des voies possibles pour retrouver le chemin de la démocratie et de la spiritualité. Habiter poétiquement le monde, c’est d’abord en finir avec un regard dominateur. Ce n’est plus répondre à notre appétit insatiable et prédateur. C’est au contraire se couler dans le monde, vivre en harmonie et en empathie avec les autres, avec les animaux et les plantes. Ce qui détermine toute une façon de se comporter ». Le livre comporte des propos d’écrivains mais aussi des personnalités des sciences et des arts (architecture, cinéma, musique : Binoche, Varda, Grand corps malade) « Ce sont des photographes, architectes, écrivains humanistes qui expriment leur foi par ce langage universel qu’est l’art. Universel car il court-circuite le mental pour toucher directement le cœur ».

Frédéric Brun (dir.). Habiter poétiquement le monde. Anthologie-manifeste, Poesis, 2016.« POESIS réunit dans une anthologie-manifeste plus de cent auteurs qui rappellent la nécessité d’habiter poétiquement le monde. Cette expression, empruntée à un célèbre vers du poète allemand Hölderlin, n’a jamais cessé depuis deux cents ans d’être citée ou commentée par des écrivains, des poètes, et des philosophes de tous les pays. Cette anthologie-manifeste propose une éthique essentielle pour habiter le monde poétiquement, humainement et écologiquement, aujourd’hui plus que jamais ». Le livre est composé en 5 périodes : le monde romantique, le monde postromantique, le monde du renouveau, le monde contemporain (section qui contient des textes d’intellectuels tels qu’Edgard Morin, Hubert Reeves, Pierre Rabhi).

Je propose de lire ces trois productions collectives, relevant à des degrés divers de l’interrogation éthique, de l’entreprise critique, de l’opération éditoriale et du propos idéologique, et d’interpréter ce revival français du romantisme allemand à l’ère de la mondialisation et de l’anthropocène, en observant son large spectre générique, disciplinaire et politico-religieux : pourquoi le mantra de Hölderlin (« En poète, l’homme habite sur cette terre »), devenu un poncif à côté d’une phrase-sœur plus fameuse encore « Et pourquoi des poètes en temps de détresse ? », devient-elle le porte-drapeau d’une proposition éthique qui rêve à nouveau de réunir l’art et la vie, la politique et la poésie, la contemplation et l’action, pour transformer la Terre en un lieu habitable. Pourquoi des anthologies poético-esthétiques en temps de détresse écologique ? Y a-t-il quelque chose à sauver de ce fatras humaniste du monde à habiter par une « poétique attitude » ? Pour habiter le monde de demain, nous faut-il le « réenchanter » par celui d’hier, ou par une fonction artistique inchangée, elle ?