La littérature: nos vies en actes! Introduction à trois voix

La séance aura lieu le mardi 30 janvier de 15h à 17h, salle F007 en Sorbonne (17 rue de la Sorbonne). Lien pour suivre la séance à distance.

Guillaume Bridet : « Chaos du monde, métamorphose de la littérature »

Des faits récents, qu’accompagnent des publications de chercheurs, d’intellectuels, d’écrivains ou de militants, donnent à penser que nous serions sur le point de connaître des bouleversements considérables, non pas de l’ordre d’une énième crise plus ou moins surmontée mais d’un véritable chaos systémique entraînant un état de fait politique et social inédit. La littérature est partie prenante de ce processus. Elle rend compte de ce qui est, elle anticipe ce qui s’annonce et surtout elle cherche à se reconfigurer sur les bases d’une articulation nouvelle avec le reste des activités humaines. C’est cette dernière démarche dont cette présentation se proposera d’exposer les principes.

Xavier Garnier : « Ces voix qui nous obligent »

Mettre nos vies en accord avec nos paroles et nos écrits apparaît comme une exigence nouvelle à l’heure où les incertitudes sur le devenir de nos sociétés sont de plus en plus fortes. En adoptant une focale africaine, je voudrais envisager la littérature comme le lieu où nos manières de vivre sont mises en discussion dans un cercle très large, qui comprend les morts et leurs lieux. Si l’on attend de plus en plus clairement aujourd’hui que la littérature nous oblige, c’est peut-être qu’elle prend explicitement en charge les forces souterraines qui n’ont cessé de régir nos vies et qui sont récemment remontées en surface.

Alain Schaffner : « Changer la mort, changer la vie »

L’annonce d’une maladie grave constitue un tournant dans la vie de celui qui l’éprouve. Elle produit un renversement des valeurs, et même une redéfinition de la “valeur de la vie” (Marie Gaille). Le mettre en évidence est l’une des fonctions des récits de la maladie ou du “corps souffrant” (Gérard Danou). Porteuses d’une satire féroce à l’égard de la folie d’un monde qui court à sa perte, ces autopathographies ne se résument pourtant pas à une simple plainte, elles nous présentent une reconfiguration de la vie, accompagnée souvent d’un violent désir de retour à la nature ou à la culture (les deux pouvant d’ailleurs aller de pair). Ceux qui s’y font entendre ne parlent pas seulement en leur nom propre mais au nom de tous ; ils cherchent à produire une parole agissante, comme on le voit par exemple à propos des débats en cours sur l’euthanasie ou le suicide assisté.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Xavier Garnier (19 janvier 2024). La littérature: nos vies en actes! Introduction à trois voix. ZoneZadir. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://zonezadir.hypotheses.org/2633


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.